Ensemble, nous avons fait le choix du vivant…

Trouver ici un stage ou une formation !

Laboratoire territorial des mutations

En quelques mots

Créée en 2006, dans le Haut-Diois (Biovallée – Drôme), sous les parrainages de Jean Marie Pelt (†), Edgar Morin et Thierry Janssen, l’EPNS (Ecole pratique de la Nature et des Savoirs) est une école « laboratoire » pour retrouver et expérimenter des liens d’alliance avec cette nature qui nous porte et nous fait vivre. Elle accueille acteurs, partenaires, stagiaires, désireux de tenter la métamorphose du vivant et d’explorer le monde qui vient.

Si la prise de conscience de l’impossibilité de poursuivre un développement exponentiel hors sol, dans un monde fini, commence à être largement partagée, les modalités, le             « comment faire » restent une vaste « terra incognita »…

NOS 3 PROCHAINES FORMATIONS

  • PILOTER SA TRANSITION

    Votre situation professionnelle ou personnelle ne vous convient plus, elle est en désaccord, pour n...

    novembre 13 - novembre 17

NOS DERNIERES ACTUS

NOS 3 PROCHAINS PARKOURS

  • PILOTER SA TRANSITION

    Votre situation professionnelle ou personnelle ne vous convient plus, elle est en désaccord, pour n...

    novembre 13 - novembre 17

< – Vous pouvez télécharger ci-contre notre nouveau programme 2019 ! 

Animés par une vingtaine de personnes, expertes dans leurs domaines d’activités, qui ont fait « le choix du vivant » l’EPNS se structure au autour de neuf chantiers, traversés par 9 principes du vivant : (1) L’Ecole laïque primaire « Caminando » (2) l’Ecole « en nature » de naturopathie   « Naturilys » (3) la ferme école en mutation Permacole à Montlahuc – (4)   les activités de conseils à destination des entreprises « NovaSens » (5) un laboratoire de recherche, « Territory Lab » (6) les parkours de formation grands publics « Coopération Lab »  (7) les ateliers du sauvage,  mis en œuvre par « Gens des bois »  (8) le site « de la Comtesse », site d’immersion nature aux sources de la rivière Drôme et (9) l’ouverture d’espaces de dialogue entre les sociétés racines et notre modernité  à travers le « cercle des passeurs »