En cette année 2018, s’il est une thématique vitale, c’est bien celle de la transition. Une impérative nécessité amplifiée par le cri d’alarme de 15.000 scientifiques venus de 184 pays et lancé en novembre 2017 à l’humanité qui continue à « saccager l’environnement ». – « Un changement majeur est nécessaire, si nous voulons éviter une catastrophe humaine » Sciences et avenir 14 .11 .2017

Si la prise de conscience de l’impossibilité de poursuivre un développement exponentiel dans un monde fini, commence à être largement partagée, les modalités, le « comment faire », reste une vaste « terra ingognita ». C’est pourquoi, après l’accueil en 2016 le temps en 2017, l’EPNS a choisi la transition, comme thématique pour ses parkours de formation 2018.

A l’école pratique de la nature et des savoirs, (l’EPNS) c’est une transition du regard que nous essayons modestement d’explorer. Ou comment décoloniser nos imaginaires afin de réintégrer la nature dans notre pensée et faire vivre cette phrase du philosophe Michel SERRES « Nous sommes le monde, nous fonctionnons comme le monde, mais nous semblons l’avoir oublié. Il faudrait réintégrer le monde et la vie dans notre pensée ». Une interpellation qui résonne avec ces propos d’un shaman Kagaba (Kogis) -« Vous êtes très forts, et vous faites de très belles choses matérielles, mais sur un plan spirituel, on dirait que vous ne pensez plus le monde » Mamu Miguel DINGULA.

A l’occasion des parKours de l’EPNS, venez apprendre ou réapprendre que « l’homme fait partie de la nature, que c’est une partie de nous, qu’il est possible de vivre en harmonie avec elle. Si l’on apprend à connaitre la nature, à la respecter, on peut apprendre à se respecter soi-même » (Gentil CRUZ 1952-2005 +) C’est une belle transition, elle est devant nous, c’est celle de la vie joyeuse et poétique.

Eric JULIEN / Pour l’équipe de l’EPNS.

L’Ecole pratique de la Nature et des Savoirs.

De la nature objet, à la nature sujet, du paysage au Pays-sage, une école pour remettre le vivant dans nos pensées et nos actions.

Fondée en 2006 dans le haut Diois, (Drôme) sous le parrainage de Jean Marie PELT (+), Edgar MORIN et Thierry JANSSEN, l’EPNS est une école laboratoire pour retrouver des liens d’alliance avec cette nature qui nous porte et nous fait vivre. Ou comment tenter la métamorphose et explorer dans la joie et la simplicité le monde qui vient ?

Ses activités se structurent à travers 5 chantiers. L’Ecole primaire Caminando, l’Ecole de Naturopathie Naturilys, la ferme Ecole de Montlahuc, les parkours de formation Coopération Lab, dont les parcours « immersion nature » et « cercles des passeurs » et les conférences et activités de conseils en Entreprises du cabinet Novasens nouveaux territoire.

Les peuples racines en général, les Kogis (Colombie) en particulier, nous inspirent et nous accompagnent dans cette aventure, eux qui n’ont jamais perdu la conscience du vivant. Nous ne le savons pas encore, mais ces sociétés sont porteuses des clés de notre avenir. Il faut pour cela que nous ayons l’audace d’un dialogue poétique et respectueux, condition pour qu’émerge le non advenu dont a besoin notre modernité. .

-« Mon rêve serait que les non indiens, les « civilisés », comme ils s’appellent eux-mêmes, arrivent à comprendre un peu les indiens. Cela nécessitera beaucoup de dialogue, je ne sais pas quand cela arrivera, mais je pense qu’un jour, le non indien devra commencer à penser la nature, en fait à se penser lui, à ce qu’il est. Pour cela, il faut être patient et respecter le temps. Si ce rêve se réalise, alors je pourrais mourir en paix »

Gentil CRUZ PATINO. Metis Pijao.