Se relier au territoire :

C’est pour nourrir concrètement ce concept de territoire réinvesti, que l’Ecole de la Nature et des Savoirs a choisi de s’installer dans les hautes vallées du Diois.

Se relier aux cycles du temps :

Nous travaillons dans cette école la remise en cohérence des cycles et rythmes professionnels, individuels, collectifs et naturels.

Nous sommes dans des cycles d’apprentissage, où ceux qui savent un peu plus créent les conditions pour que les autres apprennent, s’approprient. On se forme, on se transforme en vivant et partageant des expériences.

Se relier à la mémoire :

parce que le passé est dans le présent et qu’il prépare le futur, nous nous intéressons aux mythes, aux contes, à la mémoire des anciens et à celles plus lointaines des peuples racines.

Se relier aux autres :

Dans une société de la “déreliance”, qui morcèle et fracture, l’Ecole de la Nature et des Savoirs est un “laboratoire du lien” où l’autre me renseigne sur ce que je ne sais pas de moi.

Nous partageons des valeurs et des modes de fonctionnement, nous imaginons des représentations collectives agissantes, porteuses de sens.

Se relier au sens :

Le développement de nos sociétés modernes doit-il passer par la destruction des ressources naturelles et la précarité du lien social ?

Si l’on admet que la vie est relation, comment renouer les liens à soi, aux autres et au monde, conditions d’un équilibre retrouvé ?

Se relier aux valeurs :

A l’Ecole de la Nature et des Savoirs, des temps de partage sont dédiés à l’identification de nos valeurs et aux pratiques qui les illustrent. Elles viennent nourrir un système vivant, la “culture” de l’Ecole.